Crée en 1996, le CSMOCGQ est un organisme paritaire sans but lucratif, mis sur pied et animé par des représentants d’employeurs, de syndicats et des membres affiliés. Le Comité sectoriel représente le secteur de l’imprimerie et ses activités connexes.

Historique

Créée en 1992, la Société québécoise de développement de la main-d’oeuvre (SQDM) décide de former divers Comités sectoriels afin de soutenir le développement de la main-d’oeuvre de certaines industries au Québec, dont le secteur des communications graphiques.

 

1996… Les pionniers de la première heure

Regroupant divers organismes du secteur des communications graphiques, la SQDM jette, en 1996, les bases du nouveau Comité sectoriel afin de discuter des problèmes de l’industrie.
Ainsi, elle lance un appel d’offres afin de réaliser le premier Diagnostic de main-d’oeuvre sur le secteur de l’imprimerie et de ses activités connexes.

 

1997… L’heure des bilans est arrivée!

Les premiers bilans annuels mettent de l’avant l’étude prospective de l’industrie de communications graphiques et de ses activités connexes, donnant naissance à:
• L’analyse d’un système d’évaluation et de reconnaissance des compétences des pressiers en emploi
• 5 analyses de métier pour les pressiers sur presse sérigraphique, flexographique, rotative offset, à feuilles offset et numérique.

 

1998… De la parole aux actes

Devenu un organisme à but non lucratif, le Comité sectoriel connaît plusieurs faits saillants en 1998, notamment la certification des travailleurs en emploi. Ayant pour principal objectif de doter l’industrie d’un “système d’évaluation et de reconnaissance des compétences des personnes en emploi (SERCPE)”, des démarches sont faites auprès de la Commission des partenaires du marché du travail pour obtenir le soutient nécessaire. De ce fait, une coordonnatrice/directrice générale est embauchée et un local est aménagé en décembre 1998.

 

1999… Le coup d’envoi est donné

L’idée d’une première conférence exploratoire donne le coup d’envoi à une planification stratégique triennale déterminant les actions du Comité en fonction des besoins de l’industrie. Ainsi, sont mises de l’avant pour les années à venir:
• La gestion de la formation et des RH
• La qualification et la certification des travailleurs
• La formation de la relève
En 1999, un comité de travail produit un outil aidant les gestionnaires à déterminer les activités pertinentes aux développements de leurs ressources humaines. Un guide de gestion pour l’implantation d’un programme de formation en entreprise est également sur le point de voir le jour.

 

2000 …La formation au coeur des priorités

Pour le nouveau millénaire, le Comité sectoriel entre dans l’ère de la formation en publiant une série d’outils de gestion des RH et de gestion de la formation, dont un guide intitulé “Comment réaliser un projet de formation en entreprise”.
Des travaux sont également menés en flexographie et en sérigraphie pour mieux connaître l’état de la situation, soit les tendances et les besoins de formation de la relève et des personnes en emploi.
Le Comité sectoriel sollicite également Emploi-Québec pour la création et le maintient de programmes de formation destinés aux adultes.

 

2001 …La promotion des carrières devient le cheval de bataille

En 2001, l’industrie affronte des problèmes de recrutement de main-d’oeuvre. Choisissant de faire la promotion des métiers du secteur, le Comité produit divers outils de support tels que des fiches d’information et un CD-ROM sur l’impression. Le Comité participe également au Salon Éducation-Formation-Carrière de la Place Bonaventure.
Notons aussi que deux carnets d’apprentissage, en sérigraphie et en flexographie, sont désormais disponibles aux bureaux d’Emploi-Québec. Une campagne de promotion sur plus de 10 ans est donc lancée, campagne soutenue notamment par le bulletin trimestriel InFolio.

 

2002… Place à la nouvelle structure administrative

En 2002, le Comité sectoriel connaît plusieurs changements majeurs: nouvelle structure administrative, embauche d’un nouveau directeur général (M.Michel Cliche), déménagement dans de nouveaux locaux à Anjou, entre autres. L’expansion est commencée!
À l’occasion de la deuxième conférence exploratoire tenue lors de la 4e assemblée générale annuelle en juin 2002, un plan d’action triennal met de l’avant trois grandes orientations :
• Stimuler la demande auprès de la relève
• Promouvoir le secteur auprès de cette clientèle
• Faire connaître les outils et les services du Comité auprès des entreprises
• Se doter d’une organisation performante, représentative du secteur et reconnue

 

2003… Le Comité prend de l’expansion et entre à pieds joints dans les PAMT

En 2003, le Comité sectoriel entre à pieds joints dans le nouveau Programme d’apprentissage en milieu de travail (PAMT) financé par les contributions du Fonds national de formation de la main-d’œuvre (FNFMO). Ainsi, les travaux du PAMT commencent pour les pressiers sur presse offset à feuilles et pour les opérateurs d’équipements en finition-reliure.
L’équipe du Comité s’agrandit et compte maintenant cinq personnes!
Le Comité sectoriel entreprend une nouvelle étude et lance le nouveau programme pour les travailleurs d’expérience en imprimerie (PTEI), dans le cadre d’une entente fédérale-provinciale sur le vieillissement de la main-d’œuvre. Un autre chargé de projets est engagé. Ce projet donnera lieu à une vaste étude et surtout au Guide de gestion prévisionnelle de la main-d’œuvre qui, trois ans plus tard, se révèle toujours utile à nos dirigeants d’entreprises.
Le Comité sectoriel sort des sentiers battus et devient le partenaire majeur du premier Salon Grafik’Art tenu à St-Hyacinthe en 2003.
Tous ces projets donnent lieu au troisième déménagement des bureaux du Comité. Tout en demeurant dans le même édifice, le Comité sectoriel occupe maintenant un local qui offre plus d’espace et d’installations à l’équipe qui compte maintenant 6 personnes à temps plein et une personne à temps partiel.

 

2004…On cible la relève et on revitalise l’image du Comité

Au Comité sectoriel, les activités se succèdent à un rythme effréné! Tout en poursuivant les travaux amorcés en 2003, on démarre deux nouveaux PAMT: Opérateurs de presses à procédés complémentaires et Pressiers sur presses rotatives.
Convoitant une relève de jeunes, le Comité développe un nouveau visuel dynamique intitulé “Plonge dans l’univers des communications graphiques”. Ce image de marque sera diffusée sur l’ensemble des outils de communication destinés aux jeunes. De nouveaux outils seront également produits dont une vidéo présentant le secteur et ses métiers ainsi qu’un répertoire des programmes de formation.
De nombreuses conférences et portes ouvertes sont également tenues dans les écoles et auprès des agents d’Emploi-Québec.
Par la suite, le Diagnostic sectoriel 2004 est lancé, mettant ainsi en lumière des pistes d’action et des recommandations qui feront l’objet d’actions futures réalisées par le Comité.
Une vaste étude sur “l’Informatisation et la numérisation de la chaîne graphique et son impact sur la main-d’œuvre” est aussi amorcée au cours de l’année. Les résultats de cette enquête seront connus en 2005 et donneront lieu au projet de veille technologique et à une analyse de métier pour les opérateurs de presse numérique en 2006.
Parallèlement à tous ces projets, le Comité sectoriel entreprend une revitalisation de son image afin d’être plus représentatif du secteur des communications graphiques et confie le développement de ses visuels à la firme LMG Graphique. Nouveau look, nouvelle image! On porte désormais une attention particulière à tout ce qui sera imprimé par le Comité.
Ce changement d’image va se poursuivre au cours des prochaines années avec, notamment, le InFolio, le rapport annuel, les documents promotionnels, les analyses de métier, la publicité, la papeterie, le site Internet, etc.

 

2005… la cadence s’accélère, la patinoire du Comité s’agrandit !
Le champ d’intervention du Comité sectoriel s’agrandit. Ce dernier compte maintenant deux nouveaux secteurs:
• Les fabricants de contenants en carton
• Les éditeurs de journaux, de périodiques et de répertoires
Le Comité porte ainsi son intervention auprès de 2 900 entreprises et 59 000 travailleurs.
La semaine de l’imprimerie 2005 s’ouvre sous le thème « Les technologies d’aujourd’hui et de demain au service de l’industrie ».
Le Comité présente les résultats de l’étude sur « l’Informatisation et la numérisation de la chaîne graphique ».
En juin 2005, le InFolio affiche son nouveau look et de nouvelles chroniques font leur apparition. Son tirage passera de 3 000 à 5 000 exemplaires en septembre. On publie aussi des mises à jour de quatre analyses de métier en finition-reliure avec, comme prévu, une nouvelle conception graphique.

En 2005, plusieurs publications sont également lancées en collaboration avec Septembre éditeur:
• Métiers et professions des communications graphiques
• Six métiers qu’il presse de découvrir
• Programme de formation en communications graphiques 2005-2006

Cette dernière est réalisée grâce à 3 partenaires majeurs:
• Emploi-Québec
• Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport
• Collègue Ahuntsic

Puis, les premières Bourses d’excellence du Comité sectoriel sont décernées aux étudiants finissants des programmes de formation en communications graphiques du Collège Ahuntsic et du Cégep Beauce-Appalache. Gabrielle Liégeois, gagnante d’un Grand prix au concours Chapeau les filles! et étudiante en Technique de l’impression au Collège Ahuntsic, devient la porte-parole du Comité auprès des jeunes.
Pour terminer l’année sur une note des plus positives, la troisième conférence exploratoire de planification stratégique du Comité sectoriel attire plus de 80 participants issus de divers milieux. Ce vaste exercice de consultation a permis de dégager un large consensus autour de cinq grandes orientations stratégiques jugées les plus susceptibles de répondre aux besoins exprimés par l’industrie. Ces orientations jettent aussi les bases du plan stratégique de développement 2006-2009.
On termine l’année avec le démarrage d’un autre grand dossier, la création d’une veille technologique. Ce projet s’échelonnera sur une période de trois ans et donnera lieu à la création d’une nouvelle publication en 2006: Action numérique.

 

2006…On fête 10 ans d’évolution
« Dix ans déjà! », pourrait-on s’écrier… Dix ans de bénévolats, de partenariats et d’actions qui ont fait du Comité sectoriel des communications graphiques un intervenant majeur et un interlocuteur des plus crédibles pour l’industrie.

 

2007…On poursuit notre démarche
Une première Étude salariale dans le secteur des communications graphiques est une refonte complète du site Web de l’organisme sont réalisées. L’implication du Comité dans la réalisation de projets avec le gouvernement fédéral et la Commission des partenaires du marché du travail permet une multiplication des activités.
La notoriété du Comité sectoriel est due au travail de tous ses bénévoles d’hier à aujourd’hui, de tous ses partenaires du milieu et des différents ministères qui ont contribué à faire du Comité l’organisation que vous connaissez maintenant.

 

2008… De nouveaux mandats
Le bouillonnement d’activités continue à un rythme effréné, car le gouvernement du Québec confit aux comités sectoriels, par la Loi 5 votée en juin 2007, la responsabilité de mettre en place un processus de reconnaissance des compétences pour les travailleurs en emploi et sans emploi. Le 31 mars 2008, après de nombreuses réunions, le comité dépose à la CPMT son processus d’évaluation, tel que demandé.
De plus, les chargés de projets produisent trois nouveaux programmes d’apprentissage en milieu de travail (PAMT) pour les métiers de pressier en flexographie, de pressier deux couleurs et de pressier en sérigraphie. Par ailleurs, des efforts intenses sont déployés afin de valoriser les programmes d’apprentissage en milieu de travail par des rencontres sur le terrain, dans les entreprises. Le nouveau projet sur le cyberapprentissage (e-learning) est tout aussi prometteur.
Avec l’ICGQ est mise en place une table de concertation afin d’étudier la possibilité d’instaurer une École nationale des communications graphiques. Le projet prévoit que l’institution serait dotée des équipements les plus modernes qui répondraient davantage aux normes et aux besoins de l’industrie. Évidemment, l’intérêt des médias, mais surtout des jeunes de la relève, serait stimulé par ce projet.
En vue de la conférence exploratoire qui aura lieu le 14 novembre 2008, le diagnostic sectoriel est mis en chantier et sera dévoilé lors de cet événement. Par ailleurs, une collaboration nouvelle entre le Comité et le Conseil canadien de l’imprimerie permet de réaliser, en partenariat, le deuxième Forum canadien sur l’imprimerie sous le thème « Le futur de l’imprimerie ».

 

2009 . Technologie et contexte économique difficile
L’informatisation, l’automatisation et la numérisation des procédés et des équipements provoquent des transformations majeures dans la chaîne de production traditionnelle.
Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre et de compétition entre les secteurs industriels pour attirer les nouvelles recrues et d’économie difficile, le Comité sectoriel a travaillé à valoriser l’image de l’industrie et a maintenu les programmes d’apprentissage en milieu de travail. Dans ce cadre, un nouveau PAMT alimenteur en imprimerie est en processus de développement, et le nouveau projet sur le cyberapprentissage en finition-reliure (e-learning) est toujours d’actualité et répond bien aux besoins actuels.
Le Comité sectoriel a réalisé son quatrième plan stratégique afin d’identifier les pistes d’action qui guideront ses activités pour les prochaines années. Ce plan est le résultat des orientations et des objectifs adoptés par les membres de l’industrie à la suite du Diagnostic sectoriel 2008 et de la conférence exploratoire tenue en novembre 2008.

 

2010. Le nouveau visage de la formation par le cyberapprentissage et la Mutuelle de formation
Cette année est marquée par la migration vers des outils de formation plus modernes comme le cyberapprentissage. Développées dans le cadre du programme PACTE, trois formations (opération en flexographie, en procédés complémentaires et en finition), suivent celle développée depuis trois ans sur le métier de pressier sur presse à feuilles. Ce virage permet aux travailleurs d’avoir accès à la formation 24 heures sur 24.
Notre mutuelle Grafi’Com formation a développé,en parallèle, du matériel ciblé fort apprécié des entreprises et des travailleurs. Les quatre formations mises en marché avec la collaboration de l’ICGQ ont toutes reçu un accueil favorable. De nouvelles formations développées sur mesure ainsi que des reprises de celles existantes sont donc à prévoir prochainement.


Missions et mandats

Les activités figurant au plan d’action reposent sur les principaux mandats du Comité sectoriel.  Ces mandats sont:

  • Instaurer un système de reconnaissance des compétences basé sur des normes professionnelles.
  • Déterminer les compétences actuelles et futures de la main-d’oeuvre et de la relève et établir des mesures visant le maintien de l’emploi.
  • Développer une vision prospective de l’évolution du travail en lien avec les changements dans l’industrie.
  • Développer une culture de formation continue en entreprise et fournir les outils appropriés.

Plan d'action

Les activités figurant au plan d’action reposent sur les principaux mandats du Comité sectoriel. Ces mandats sont:

– Instaurer un système de reconnaissance des compétences basé sur des normes professionnelles.

– Déterminer les compétences actuelles et futures de la main-d’oeuvre et de la relève et établir des mesures visant le maintien de l’emploi.

– Développer une vision prospective de l’évolution du travail en lien avec les changements dans l’industrie.

– Développer une culture de formation continue en entreprise et fournir les outils appropriés.

 

Voici le plan d’action qui sera en vigueur durant l’exercice 2017-2018 :
Plan d’action 2017-2018

 

Pour consultation : Plan stratégique de développement 2015-2018

Ce plan présente les orientations stratégiques du Comité sectoriel qui ont servies de base pour l’élaboration des plans d’action annuels qui sont disponibles plus bas.

 

Plan d’action 2016-2017

Plan d’action 2014-2015


Commission des partenaires du marché du travail

La Commission des partenaires du marché du travail contribue au financement des activités du Comité sectoriel de main-d'oeuvre des communications graphiques du Québec. Pour plus de renseignements sur le marché du travail et sur les programmes et services publics d'emploi, consultez le site d'Emploi-Québec.