Les influenceurs
sont-ils les éditeurs de magazines du futur ?
(UK, déc. 2018)

Il y a un fort chevauchement entre le type de contenu publié par les magazines et celui par les influenceurs, écrit Ian Samuel. Voici pourquoi les marques semblent favoriser de plus en plus ce dernier.

photos d'influenceursDans une année où même l’édition imprimée de NME a échoué (New Musical Express, magazine musical britannique existant depuis 1952 et tiré à environ 40 000 exemplaires) , il semble que l’avenir du magazine n’ait jamais été aussi incertain, les principaux regards (et budgets) passant aux médias sociaux – et plus particulièrement aux influenceurs.

Les consommateurs qui allaient jadis vers les kiosques pour rechercher l’inspiration, en particulier dans les secteurs de la mode et du luxe, ne font maintenant plus que faire défiler leurs flux d’information.

Le sujet a été abordé lors d’un débat sur l’un de nos récents panels Marketing Influencer Hustle et il semblerait que les chiffres (tant au Royaume-Uni qu’aux États-Unis) le corroborent.

Selon les chiffres de AA (Advertising Association) / Warc Adspend pour le premier trimestre, les dépenses consacrées aux magazines ont baissé de 11 % (4 % en numérique) entre 2016 et 2017, et devraient encore baisser de 8,2 % (3,8 % en numérique) en 2018 et de 5,8 % (1 % en numérique). ) en 2019.

Selon l’Association of Magazine Media, les dépenses publicitaires des magazines les plus importants de l’année dernière ont chuté de 6,5 milliards de dollars en 2016 à 6,1 milliards de dollars en 2016.

Selon les prévisions les plus récentes d’eMarketer au Royaume-Uni (société d’études de marché fondé new-yorkaise), en 2018, les spécialistes du marketing britanniques dépenseront 3,3 milliards de livres sterling (4,2 milliards de dollars US) en publicité sur les réseaux sociaux, soit une augmentation de 24 % par rapport à 2017. les formats d’annonce traditionnels.

D’autre part, une étude de l’agence marketing Mediakix (grande agence de marketing d’influence californienne) a révélé que l’économie d’influence valait 1,6 milliard de dollars en 2018.

Il y a beaucoup de points communs entre le contenu publié par les influenceurs et ceux des magazines. Tous deux ont tendance à publier des contenus visuellement lourds destinés à un public restreint et destinés à satisfaire des intérêts de niche, même bizarres.

Les personnes qui ont lu The Croquet Gazette (magazine associatif sur le croquet) sont-elles plus étranges que celles qui ont suivi Kanye Doing Things (compte instagram de  quelques followers) ? Si cette question ne casse pas Internet, je ne sais pas ce qui se passera.

Mais il existe un certain nombre de raisons pour lesquelles l’influence commence à empiéter sur la part du gâteau revenant au magazine. D’une part, le contenu est moins cher à fabriquer, mais tout aussi de haute qualité. De plus, c’est davantage accessible. Un flux d’influence est comme un magazine personnalisé, car les utilisateurs peuvent choisir d’afficher le contenu des producteurs qu’ils aiment et regrouper et assortir ce dernier par listes.

Des progrès énormes ont également été apportés dans certains domaines historiquement flous du marketing d’influence, tels que qu’est-ce qui est considéré comme de la publicité et qu’est-ce qui n’en est pas.

Les consommateurs se rendent compte que lorsqu’un influenceur fait de la publicité, ce n’est pas quelque chose qui doit être considéré comme délibérément trompeur ou malhonnête.

Lorsque vous feuilletez un magazine, vous n’êtes pas consterné de trouver des publicités au milieu du contenu pour lequel vous avez payé. Nous en arrivons lentement au même point avec les influenceurs. Les abonnés s’attendent maintenant à voir un certain nombre de messages sponsorisés en échange d’un contenu de haute qualité.

Une autre raison pour laquelle les spécialistes du marketing placent leurs dépenses publicitaires chez les influenceurs tient aux niveaux de mesurabilité croissants que vous pouvez atteindre, à partir de la lecture littérale des commentaires, des préférences, des clics publicitaires et des vues montrant le succès de la publicité ainsi que la réaction directe des consommateurs face à votre produit.

Chez Buzzoole (plateforme de marketing d’influence), nous savons que cette mesure doit être plus robuste. Nous avons donc travaillé avec Nielsen (société new-yorkaise internationale d’information et de mesure) pour fournir des statistiques « True Reach » à nos clients , afin d’établir un indicateur permettant de définir précisément le nombre d’utilisateurs atteints au cours d’une campagne de marketing d’influence : La technologie qui sera développée dans les années à venir apportera aux marques encore plus de visibilité sur le succès de leurs campagnes.

C’est pourquoi, toujours selon l’Association of Magazine Media, certaines des plus grandes marques du monde réduisent leurs  dépenses dans les magazines. Il s’agit notamment de LVMH Möet Hennessy Louis Vuitton, qui a réduit ses dépenses de 15,2 millions de dollars, pour atteindre 216,3 millions de dollars ; Unilever, qui a réduit ses dépenses de 61,2 millions de dollars pour atteindre 158,5 millions de dollars, et Estée Lauder Cos. Inc., qui a réduit ses dépenses de 46,3 millions de dollars, pour atteindre 95,3 millions de dollars.

Toutes ces marques ont aussi un point commun : elles ont toutes augmenté leurs dépenses en marketing d’influence.

 

En ce qui concerne l’avenir, nous pensons que les budgets publicitaires et de communications continueront de se réduire auprès des magazines au profit des influenceurs. Nous en arrivons au point où les spécialistes du marketing perçoivent les personnes influentes comme des éditeurs et des propriétaires de petites entreprises créatives, qui ont démontré leur habileté à créer un public auquel on peut directement parler avec un contenu haut de gamme intéressant.

 


Traduit de l’anglais, article original du 07 Dec 2018 écrit par Ian Samuel pour le site www.mediatel.co.uk

https://mediatel.co.uk/newsline/2018/12/07/are-influencers-the-magazine-publishers-of-the-future/

Note sur l’auteur : Ian Samuel est directeur commercial chez Buzzoole, plateforme de marketing pour influenceurs.


Articles connexes

4 janvier 2019 • Innovations

Les influenceurs sont-ils les éditeurs de magazines du futur ?

Les influenceurs sont-ils les éditeurs de magazines du futur ? (UK, déc. 2018) Il y a un fort chevauchement entre le type de contenu publié…

3 janvier 2019 • Innovations

Top 10 des histoires d’emballages plus verts de 2018 du site GreenerPackage.com

Top 10 des histoires d’emballages plus verts de 2018 du site GreenerPackage.com   Les efforts déployés pour limiter l’utilisation d’emballages en plastique étaient un…

14 septembre 2018 • Innovations

Les nouveaux papiers (septembre 2018)

Les nouveaux papiers (septembre 2018) L’industrie papetière n’en finit pas d’innover et recherche chaque jour le moyen de concilier efficacement économie avec écologie et…

9 août 2018 • Général

La chromatogénie ou comment se substituer à la lamination et devenir recyclable

La chromatogénie, ou comment se substituer à la lamination et devenir recyclable Le gros défaut de Papier Génial, notre héros écolo(1), quand on l’utilise :…

Commission des partenaires du marché du travail

La Commission des partenaires du marché du travail contribue au financement des activités du Comité sectoriel de main-d'oeuvre des communications graphiques du Québec. Pour plus de renseignements sur le marché du travail et sur les programmes et services publics d'emploi, consultez le site d'Emploi-Québec.