Portrait d’un millénial :  Nick Gawreluk,
déjà une carrière prometteuse à 27 ans

Nick Gawreluk, natif du Minnesota (É-U), est un membre prometteur de l’industrie de l’impression, passionné par le partage de son point de vue sur le présent et l’avenir de l’imprimerie. Il est de la génération montante des nouveaux évangélistes de l’imprimé. Ses antécédents sont des expériences mondiales avec, entre autres, Heidelberg, Mimeo et HP Indigo. Il a déjà travaillé sur plusieurs continents. Un rapide coup d’œil son CV vous amènerait probablement à croire que c’est un vieux de la vieille de l’industrie et non un jeune de moins de 30 ans qui commence dans sa carrière.

Il est la preuve vivante qu’un millénial peut faire une belle carrière dans le secteur des communications graphiques et, s’il est clair que nous avons ici affaire avec un jeune homme ambitieux et talentueux, le domaine de l’imprimé reste une plateforme ouverte et accessible pour toute personne qui veut évoluer professionnellement dans un univers stimulant, ouvert et qui se renouvelle sans cesse (voir article sur ce sujet ici).

En vrai « évangéliste », Nick Gawreluk a accepté de témoigner dans un entretien courriel effectué mi-août 2018. En voici la retranscription traduite (original en anglais disponible en fin d’article) :

 

Premièrement, comment en es-tu arrivé – toi, jeune millénial – à t’intéresser à l’imprimé ? On imagine plus qu’un jeune soit intéressé par des mé dias plus Web, par des agences de communication ou même par une carrière de directeur artistique voire de programmeur ? Du moins, c’est l’a priori qu’on en aurait. Qu’est-ce qui t’a donné le coup de foudre ?

J’ai eu la chance de faire ma formation secondaire au Roseville High School, qui possédait le programme d’arts graphiques le plus avancé de tous les États-Unis. Ce programme enseigne les principes fondamentaux de la conception graphique et de l’impression. Pour les plus passionnés, il y avait la possibilité de rejoindre le département d’impression des étudiants. Après l’école, nous étions chargés de l’impression pour l’établissement et pour des entreprises locales. On nous a appris à gérer une entreprise en prenant les commandes des clients, en concevant les illustrations, en utilisant l’équipement et en expédiant le produit final. Le programme disposait d’une variété de types d’équipements allant de la sérigraphie au 3D en passant par la sublimation, l’offset, le numérique et le grand-format.

 

Il y a une dizaine d’années, les médias imprimés ont touché le fond du panier et subi une crise majeure qui a eu de multiples répercussions sur l’image que les gens ont du secteur. Le grand public a, de façon déconcertante, généralisé l’idée sous une phrase proverbiale : « l’imprimé est mort ! ». Pourtant, au moment où tout est là pour décourager un quelconque travailleur de faire carrière dans l’imprimé, tu te lances dans l’aventure à corps perdu. Pourquoi ?

Pas une seconde, je n’ai envisagé de quitter l’industrie. Il y a une telle demande pour les jeunes et les opportunités sont nombreuses pour qui veut progresser rapidement. On a raison de dire qu’il y a eu et qu’il continuera d’y avoir des changements dans les communications graphiques. De nos jours, il y a plus d’options que jamais pour décider de la plateforme sur laquelle vous voulez faire passer votre message afin d’atteindre plus efficacement votre public cible. L’impression a donc dû évoluer. Naturellement, certains domaines ne sont plus pertinents alors que d’autres deviennent très demandés. Certains demeurent dans le cœur du public, car ils offrent une expérience tactile et personnelle que l’Internet, les médias sociaux ou le cellulaire ne pourront jamais offrir ou remplacer.

 

Ton parcours donne de toi l’image d’un surdoué ambitieux, à qui tout réussit. J’imagine volontiers un individu lire ses lignes et se dire que ton succès est plus dû à tes aptitudes inhabituelles et, peut-être même, au hasard, plutôt qu’à la santé du secteur des communications graphiques. Qu’as-tu à répondre à cela ? Comment définis-tu les chances d’un jeune lambda ou de monsieur Tout-le-Monde qui veut débuter dans ce domaine ? Que  leur conseilles-tu ?

Je crois que ceux qui ont la vingtaine ou la trentaine ont plus de chances de réussir dans leur carrière dans le domaine des communications graphiques que dans de nombreuses autres industries. Une majorité des gens du secteur approche de la retraite et ces gens-là paniquent, car il semble de plus en plus difficile de trouver des jeunes qualifiés montrant un grand intérêt à s’investir en entreprise et prendre la relève un jour. Le plus grand conseil que je puisse vous donner est de suivre votre véritable passion. Avec suffisamment de travail et de volonté, vous trouverez le succès que vous recherchez. Si vous n’avez pas encore trouvé votre vocation, je ne pense pas que vous puissiez vous tromper en explorant les différentes opportunités offertes par l’impression.

 

De ton point de vue et de par ton expérience de terrain ou tes rencontres, penses-tu qu’il y a de la place pour tous dans ce domaine ? Quels sont, selon toi, les meilleurs profils d’individus susceptibles de s’épanouir dans nos secteurs ?

Ce qui est extraordinaire dans l’industrie de l’impression, c’est qu’elle touche des disciplines et des compétences très différentes et variées. Il est facile de s’impliquer avec tant de domaines professionnels différents à expérimenter. Vous pourriez très bien découvrir que ce que vous pensiez être votre objectif de carrière à long terme serait en réalité quelque chose de complètement différent tellement il y a de domaines à explorer. Ceux qui pensent différemment et sont capables de résoudre des problèmes peuvent apporter une perspective unique à une industrie qui évolue rapidement. Par-dessus tout, l’industrie a un besoin de passionnés. Ce sont ces gens-là qui brilleront vraiment et auront l’emploi de leurs rêves.

 

Enfin, que conseillerais-tu à ceux qui sont curieux de ce domaine et hésitent à franchir le pas ?

The sky is the limit dans ce domaine. Si vous êtes prêt à travailler dur et à sortir souvent de votre zone de confort pour apprendre de nouvelles choses, vous en serez récompensés. Que votre vision du succès soit de faire une différence dans la vie des gens, gagner beaucoup d’argent ou avoir la liberté de voyager à travers le monde, je suis convaincu que vous trouverez ce que vous cherchez.

 

Nick Gawreluk est un jeune engagé qui, en vrai porte-parole de l’imprimé, est très accessible. Alors, comme il le dit lui-même, n’hésitez pas à le contacter et si jamais il peut vous aider sur votre parcours dans le secteur de l’imprimé, il le fera avec plaisir(en anglais). Son courriel est le ntg5533@rit.edu.

 

Son CV en résumé :

Il est diplômé – avec mention – du Rochester Institute of Technology’s College of Art and Design (RIT). De plus, il cumule déjà une expérience professionnelle en ayant travaillé pour plusieurs géants de l’industrie de l’imprimerie, notamment aux États-Unis, au Brésil et maintenant en Allemagne. Enfin, il fut, il y a peu, nommé l’un des Tops 20 des moins de 40 ans par le magazine référence Printing Impressions. Après son diplôme, Nick Gawreluk a été embauché par l’imprimerie en ligne Mimeo en tant que chef de produit. Dix mois plus tard, Il fut promu à un poste de spécialiste des opérations de vente et muté à Berlin. Il est à noter que Nick a commencé sa carrière alors qu’il était encore aux études : il a travaillé pour diverses imprimeries pendant ses vacances d’été. Durant ses études au RIT, il fut un membre actif de sa communauté scolaire. Aujourd’hui, après un passage remarqué chez HP Amérique du Nord en tant que chef de produit – Fournitures Indigo, il vient d’être réengagé par Heidelberg Allemagne (NDLR il avait déjà travaillé pour eux en Allemagne et au Brésil) au poste de responsable des opérations de vente. Il continue également de partager sa passion pour l’univers de l’imprimé sur différentes plateformes web à l’écrit comme lors de capsules vidéo.

 


Article écris et propos recueillis et traduis par Dimitri Lesage, chargé de projet délégué à la veille sectorielle

Vous pouvez, à tout moment, déposer un commentaire ou proposer un sujet d’article
via le courriel veille@communicationsgraphiques.org.

 


Original interview :

 

First and foremost, how did you come, you a young millennial, interested by print ? We more likely imagine todays youth interested by all media in forms of Web, communication agencies, an artistic director or even as a programmer ? Mind you, being judgmental, that’s what one would think. What happened for you to fall in love with the print ? What convinced you ?

I was quite fortunate to have coincidentally attended Roseville High School which has the most advanced graphic arts program in all of the United States. The program teaches graphic design and print fundamentals and for those with a strong enough interest, there is the option to join the student run printing business.This is where I really fell in love and discovered my true passion. After school we were in charge of printing for the high school and local business. We were taught how to operate a business from taking customer order requests, designing the artwork, running the equipment and shipping the final product. The program has a variety of equipment ranging from screen printing, 3D, dye sublimation, offset, digital and wide format.

 

About a decade ago, print reach the bottom of the barrel and had a crisis that had a huge impact on how people perceive this whole industry. The great public has, in a baffling way, generalized the idea under a proverbial sentence : « Print is dead ! » Mind you, at the time, when everything is set to discourage any working folk from building a career in the print industry, you decided to loose yourself body and soul in this great adventure. Why ?

Not for one second have I considered leaving the industry. There is such a high demand for young people and so many available opportunities to rapidly develop.  You are correct that there has been and will continue to be changes in how communication takes place. There are more options now than ever before to decide which platform you want to push your message through in order to most effectively reach the target audience. Print has had to evolve and naturally there comes segments that are no longer relevant as well as others that become higher in demand because it offers a tactile and personal experience that the internet, social media and mobile will never be able to offer or replace.

 

Your journey offers you a picture of an ambitious gifted being to whom everything becomes a success. I easily imagine an individual reading these lines and thinking, well this is due to your unusual aptitudes and strike of luck than the healthy state of the graphic communications sector is in. What would you answer to that ? How would you define the chances our youth or any average person that would think of starting a career in this field ? What would you advise to them be ?

I believe those in their 20’s and 30’s have a greater chance of career success in graphic communications than many other industries. A majority of the field is approaching retirement and there is quickly becoming a panic to find skilled young people with a strong interest to help run the companies and one day take over.  The biggest piece of advice I can offer is that you should pursue whatever your true passion is. With enough hard work and will power, you will find the success you are looking for. If you have yet to find your calling, I do not think you can go wrong by exploring the different opportunities that print offers.

 

In your point of view and from your wise experience on the terrain and all your meetings, do you think that there is plenty of space for everyone in this domain ? In your opinion, who are the best profiles of individuals susceptible to bloom in our sectors ?

What is so great about the printing industry is that it requires skill sets from so many different disciplines. There is certainly enough room to get involved and with so many different professional areas to experience, you very well could discover that what you thought was your long term focal point could very well be something completely different. Those who think outside of the box and are able to problem solve can bring a unique perspective to an industry that is changing rapidly. Above all, there is a need for those with a strong passion. Those are the ones that will really shine bright from their desired areas.

 

And, finally, what wise words would you use to recommend to those who are curious about this field but hesitant to dive in ?

The sky is the limit in this field. If you are willing to put in the hard work and continually push yourself out of your comfort zone to learn new things, the rewards are worthwhile. Whether your definition of success is creating a difference in people lives, making large sums of money or having the freedom to travel around the world, I have a high level of confidence that you will find what you are after.

Feel free to contact me if I can ever be of assistance with your journey into print at ntg5533@rit.edu.

 


Articles connexes

14 septembre 2018 • Innovations

Les nouveaux papiers (septembre 2018)

Les nouveaux papiers (septembre 2018) L’industrie papetière n’en finit pas d’innover et recherche chaque jour le moyen de concilier efficacement économie avec écologie et…

30 août 2018 • Nouveautés

Portrait d’un millénial :  Nick Gawreluk, déjà une carrière prometteuse à 27 ans

Portrait d’un millénial :  Nick Gawreluk, déjà une carrière prometteuse à 27 ans Nick Gawreluk, natif du Minnesota (É-U), est un membre prometteur de l’industrie de…

17 août 2018 • Nouveautés

Les milléniaux et l’imprimé, travail et consommation

Les milléniaux et l’imprimé, travail et consommation    Déjà, que sont les milléniaux ? On les appelle aussi la génération Y. Les chiffres varient un…

10 août 2018 • Nouveautés

Nouveauté en encres : base silicone, de smog, flexo, thermochromiques ou invisibles

Nouveauté en encres : base silicone, de smog, flexo, thermochromiques ou invisibles   Que seraient l’imprimé et la plupart de ses belles innovations sans sa…

Commission des partenaires du marché du travail

La Commission des partenaires du marché du travail contribue au financement des activités du Comité sectoriel de main-d'oeuvre des communications graphiques du Québec. Pour plus de renseignements sur le marché du travail et sur les programmes et services publics d'emploi, consultez le site d'Emploi-Québec.